Associations de l’aide et des soins à domicile : quelle valeur ajoutée économique et humaine ?

Prévention, bientraitance, prise en charge des personnes fragiles : Combien « rapportent » l’aide et les soins à domicile à l’Etat et à la collectivité ?

La fédération Adessadomicile, en partenariat avec l’OCIRP, a lancé une étude socio-économique mesurant l’impact des soins et de l’aide à domicile auprès des familles fragiles, des personnes âgées et/ou en situation de handicap et des patients.

Bien-être des personnes, création de richesses, dépenses évitées pour la collectivité…. L’étude confiée au cabinet CITIZING consiste à rendre visibles les impacts d’une politique publique sur le long terme et pour l’ensemble des acteurs concernés. Les impacts étudiés, qu’ils soient de nature économique ou sociale, sont dans un premier temps validés par des techniques économétriques de lien causal. Les impacts sont ensuite exprimés en valeur monétaire avec des données robustes.

Télécharger les résultats complets de l'étude : L’aide et les soins à domicile : quelle utilité ? - (447 Ko)

18 indicateurs inédits ont pu être identifiés. Les résultats-clés sont les suivants :

1,5 milliards d’€ : le bénéfice socio-économique, net des coûts pour les finances publiques, d’1 heure d’aide à domicile hebdomadaire pendant un an auprès des personnes âgées dépendantes et des personnes en situation de handicap.

5,4 millions d’€ : le bénéfice socio-économique, net des coûts, généré par le suivi des grossesses.
 
927 millions d’€ : les conséquences de la maltraitance que l’aide à domicile a le potentiel d’éviter.

737 millions d’€ : le bénéfice socio-économique, net des coûts pour les finances publiques, que les soins infirmiers à domicile pourraient générer en limitant l’hospitalisation des patients atteints d’insuffisance cardiaque et de maladies pulmonaires chroniques.

Télécharger le : Dossier de presse - (1.07 Mo)
Publié le 15 octobre 2018
Noter cet article
3/5 (257 votes)