Vu sur le web

Les équipes de l’OCIRP, composées d'experts dans leur domaine, vous proposent de découvrir les informations et ressources marquantes sur le handicap.

L’AFSEP fait changer de regard sur la Sclérose en Plaques

Méconnue du Grand Public, la Sclérose en Plaques touche plus de 5 000 nouvelles personnes chaque année en France. Pour sensibiliser aux conséquences de la maladie et aux difficultés qu’elle entraîne au quotidien, l’Association Française des Sclérosés en Plaques, accompagnée de l’agence Josiane, lance une grande campagne multicanale. Décryptage.
Publié le 15 novembre 2018 via www.handicapinfos.com

Commentaire OCIRP

"Pour sensibiliser le Grand Public, l’AFSEP a décidé de frapper fort avec une grande campagne nationale orchestrée en 2 temps.
Dans un premier temps -du 5 au 15 novembre- une opération digitale avec un « hack » d’un grand site de rencontres qui a permis à Laura, jeune femme de 30 ans, de mettre en scène son quotidien de sclérosée en plaques dans des conversations avec des « célibataires ». Les personnes « rencontrées » sur le site découvriront finalement, rien qu’en remontant les conversations avec Laura, les nombreux symptômes de la maladie et ce qu’elle vit au quotidien.
Cette activation digitale fait aussi l’objet d’un retour « d’expérience sociologique » afin d’extraire des chiffres sur la méconnaissance de la maladie, particulièrement sur la cible la plus concernée, et des réactions suite au message de Laura annonçant qu’elle est atteinte de Sclérose en Plaques.
Enfin, la campagne sera révélée le 15 novembre avec un film en TV / Digital ainsi que de l’affichage dans le métro. Elle durera jusqu’en fin d’année.
Laurent Allias, cofondateur de Josiane : « L’enjeu de la campagne est de faire la pédagogie des symptômes en créant un point de rencontre entre le quotidien d’une malade et le quotidien de ceux qui ne le sont pas. La partie digitale a permis de faire remonter des chiffres et des réactions sur la perception de la maladie posant ainsi les bases d’une expérience sociologique dans notre rapport à la maladie, aux malades, aux échanges et à la technologie. »"