Agir pour les orphelins

Nous connaître

Notre vocation

Si l’orphelinage est une situation qui nous concerne tous directement ou indirectement, elle reste taboue dans notre société. Or l’enfant orphelin, s’il est un enfant comme les autres, a un destin particulier : il doit faire face à l’absence et ses conséquences qui sont d’ordre psychologique, affectif, relationnel, financier ou matériel... Notre principal défi est ainsi de faire connaître et reconnaître la situation des orphelins en France. Pour ce faire, nous soutenons de nombreux projets de structures à but non lucratif, dans le cadre d’un appel à projets annuel.

Par ailleurs, en nous inscrivant dans la droite ligne des métiers et des savoir-faire de l’OCIRP, nous sommes aussi en contact avec plus de 15 000 enfants et jeunes orphelins bénéficiaires d’une rente éducation OCIRP, à l’écoute de leurs besoins et de leurs attentes. Ces allocataires orphelins sont régulièrement informés des projets soutenus dans leur région, et profitent pour certains de projets spécifiques (séjours sportifs, groupes de parole, aide à la réinsertion sociale et professionnelle, ateliers d’art-thérapie…).

Ce lien de proximité avec le terrain est aussi renforcé par l’implication personnelle des salariés de l’OCIRP qui accompagnent bénévolement certains porteurs de projet dans le cadre de parrainage d’actions.

En tant qu’acteur de terrain, nous avons également la volonté d’agir pour pallier l’absence de moyens et d’outils permettant de mieux répondre aux attentes et besoins de cette population. En effet, les enfants et jeunes orphelins en France restent invisibles de la société et absents des statistiques et des politiques publiques.

C’est dans ce cadre que nous avons mené l’enquête nationale intitulée « École et orphelins : mieux comprendre pour mieux accompagner », réalisée en 2016 en partenariat avec l’Ifop.

C’est aussi la raison pour laquelle nous organisons de nombreuses actions de communication, afin de valoriser les projets soutenus et de sensibiliser un plus large public à travers des colloques ou événements dédiés.

Enfin, nous repérons, accompagnons et essaimons des actions novatrices et des projets émergents sur l’orphelinage. Nous nous inscrivons et nous engageons dans une dynamique partenariale, intégrant les acteurs locaux, qu’ils soient publics ou privés. Nous mettons à disposition rapports, publications, références bibliographiques, de films et de vidéos… avec l’objectif de devenir, à terme, le centre ressources de référence sur l’orphelinage en France.

L’appel à projets

La fondation organise son intervention dans le cadre d’un appel à projets à destination d’associations ou de structures à but non lucratif. Cet appel à projets est continu et s’inscrit autour de trois axes principaux :

  • Agir pour l’enfant et sa famille
  • Former les professionnels de l’enfance et de l’éducation
  • Sensibiliser le grand public

Les dossiers répondant aux critères de sélection définis dans le dossier de candidature sont instruits par l’équipe de la fondation quatre fois par an, puis soumis au conseil d’administration de la fondation pour accorder un éventuel soutien.

3 grands axes de soutien :

S’appuyant sur ses valeurs de solidarité et de professionnalisme, la Fondation d’entreprise OCIRP multiplie ses actions de soutien en faveur de celles et ceux qui œuvrent sur le terrain pour soulager ou faire reconnaître la situation des orphelins.

Agir pour l’enfant et sa famille

Pour passer du choc émotionnel à la reconstruction après le décès d’un ou de ses parents, l’enfant a besoin d’être entouré et accompagné individuellement ou de manière collective avec sa famille. La mission de la fondation est de soutenir des projets portés par des organismes d’intérêt général, par exemple des ateliers d’art-thérapie, des groupes de parole, des sites de partage d’expériences, des programmes de réinsertion scolaire ou professionnelle, des stages de découverte des métiers, des séjours de vacances sportifs…

Par ailleurs, la Fondation souhaite soutenir tout projet permettant à ces enfants d’avoir accès, comme les autres enfants de leur âge, à des activités de loisirs nécessaires à leur bien-être et à leur développement.  

Former les professionnels de l’enfance et de l’éducation

Enseignants, assistantes maternelles, personnels de crèche, responsables de centre de loisirs, corps médical… Autant de témoins de la détresse de l’enfant au moment du décès de son ou ses parents. La fondation encourage et soutient des initiatives de sensibilisation, de formation et d’analyse de pratique des professionnels.

Sensibiliser le grand public

De la même manière, sensibiliser le plus large public possible fait partie des objectifs de la fondation. Que ce soit à travers la création littéraire, cinématographique, théâtrale ou musicale, la fondation peut également apporter son concours financier lorsque ces projets touchent les problématiques liées à l’orphelinage.

N’hésitez pas à contacter Emmanuelle Enfrein, responsable de la Fondation (01 44 56 22 36), qui peut vous aider dans la construction de votre projet

Au-delà du soutien financier que nous apportons, nous mettons aussi en lumière les actions menées par ces associations sur le terrain, faisons se rencontrer leurs acteurs et favorisons le partage d’expérience et de bonnes pratiques.

Procédure :

L’appel à projets est ouvert tout au long de l’année. Les dossiers sont instruits quatre fois par an par l’équipe de la Fondation, et c’est son Conseil d’administration qui prend la décision finale.

Modalités de la procédure de dépôt du formulaire de candidature

Le parrainage des salariés

Rôle des parrains

Impliqués et volontaires, des salariés de l’OCIRP ont choisi d’accompagner concrètement ces actions : ils assurent ainsi le lien avec les porteurs de projet, proposent, partagent et échangent pour voir le projet aboutir.

Ils bénéficient de trois jours par an sur leur temps de travail pour parrainer le projet de leur choix.

Nos salariés témoignent 

"Je suis très heureuse de parrainer cette action. Même si les valeurs de solidarité sont omniprésentes dans notre entreprise, ce projet me donne l’occasion de rester en prise directe avec cette réalité sociale et de concrétiser plus encore qu’à travers mes fonctions ces valeurs qui nous animent." Iman, juriste à l'OCIRP.
 
"Tout cela est très enrichissant pour moi, aussi bien professionnellement que personnellement. C’est pour moi une source d’épanouissement, que de m’investir aux côtés de la Fondation OCIRP." Delphine, assistante à la direction du développement de l'OCIRP.
 
"Je crois qu’il est difficile de décrire ce que je ressens quand j’assiste à ces instants magiques que vivent les enfants. Même si cela demande d’y consacrer du temps, le plus important, c’est la joie de tous ces enfants. Chacun d’entre nous doit se sentir concerné par leur situation." Nathalie, assistante des pôles gestion et informatique de l'OCIRP.
 
"Sur un plan plus personnel, ce parrainage m’a fait découvrir le travail essentiel des assistantes sociales auprès de familles endeuillées." Cathy, coordinatrice de l'accompagnement social de l'OCIRP.
 
"J’ai eu envie de parrainer une association, car c’est pour moi une façon de participer encore plus directement aux actions menées en faveur de nos allocataires orphelins. Ce parrainage donne un sens encore plus concret à mes missions." Laure, conseillère relations avec les partenaires sociaux à l'OCIRP.

Rencontres et co-construction de projets

Nous nous attachons aussi à accompagner chaque porteur de projet. Au fil des années, nous avons ainsi noué de solides liens avec chacun d’entre eux et su tisser un réseau de solidarité, de proximité et d’entraide. Forts de la richesse et de la diversité des actions soutenues, nous organisons des rencontres entre porteurs de projet pour permettre les échanges de savoirs et de savoir-faire, faciliter le développement et la mise en œuvre d’actions communes.

Ces rencontres et ces échanges donnent aujourd’hui lieu à la co-construction de projets. Une évolution majeure, pour la Fondation, qui permet de faire bénéficier des structures œuvrant en faveur des orphelins de dispositifs créés par d’autres structures que nous soutenons. C’est le cas, par exemple, des séjours des enfants de la Fondation PSG dont ont profité à ce jour plus d’une centaine d’enfants accompagnés par la Fondation Apprentis d’Auteuil, l’Œuvre des pupilles orphelins des sapeurs-pompiers ou par l’association Parrains par mille. Les séjours de vacances PSG nous permettent également d’en faire profiter les jeunes de la Fondation Apprentis d’Auteuil ou des mineurs non-accompagnés suivis par l’association Primo Levi.

Enfin, nous nous efforçons de soutenir des projets répartis dans toute la France, pour renforcer notre maillage sur le territoire et démultiplier les synergies à l’échelle nationale.

Rencontre porteurs de projet du 6 juillet 2015

D’un côté, des représentants d’associations qui accompagnent de jeunes orphelins. De l’autre, Jérôme Clerc, maître de conférences en psychologie cognitive de l’éducation au laboratoire Psitec (Psychologie, interactions, temps, émotions, cognitions) de l’Université Lille 3. Le chercheur dirige une étude sur les difficultés de mémorisation chez des enfants de 7 à 12 ans orphelins d’un parent. Lors de cette rencontre, il a exposé son projet de recherche et sollicité l'aide des représentants des associations.

Rencontre porteurs de projet du 18 septembre 2014

Diversité des projets, diversité des acteurs : la rencontre met en lumière le travail de fourmis de tous ces bénévoles et ces professionnels pour venir en aide aux jeunes orphelins. Chacun livre ses expériences, ses difficultés et ses réussites, pour le plus grand bénéfice de tous. C’est aussi l’occasion de tisser des liens plus étroits pour mener des actions communes ou développer des programmes de recherche.

Nos partenaires

Cnaf : Caisse nationale d’allocations familiales

Depuis 60 ans, les Allocations familiales accompagnent les familles dans leur vie quotidienne. Acteur majeur de la solidarité nationale, la branche famille est un réseau piloté par la Caisse nationale des allocations familiales, présent sur tout le territoire grâce aux 102 caisses d'allocations familiales (Caf). Mobilisées au service des allocataires, les Caf prennent en charge les prestations légales et développent une action sociale familiale sur leur territoire.

Cnape : Convention nationale des associations de protection de l’enfant

Fondée en 1948, la Cnape est une fédération d’associations qui a mis au cœur de ses préoccupations l’avenir des enfants et des adolescents. La Cnape est le lieu de rencontre et le porte-parole le plus ancien des associations qui développent des actions socio-éducatives, sociales et médico-sociales en faveur des enfants, des adolescents et des adultes.

Reconnue d’utilité publique en 1982, la Convention est un partenaire national essentiel pour les pouvoirs publics, les magistrats, les élus, les responsables économiques, et une référence incontournable dans l’élaboration des politiques sociales parce que ses adhérents représentent un réseau dont la philosophie, l’éthique et le savoir-faire ont été à l’origine de la mise en œuvre de ces politiques.

Pour en savoir plus : Magazine O’CŒUR N°4

Favec : Fédération des associations de conjoints survivants et de parents d’orphelins

Seule fédération d’associations de conjoints survivants, créée en 1949 et reconnue d’utilité publique en 1956, la Favec accueille, écoute, informe, accompagne les veuves, les veufs, les orphelins et défend leurs droits. Elle regroupe 92 associations départementales. Elle propose aux veuves, aux veufs et aux orphelins plus de 1 000 points d'accueil et d'information sur le deuil et ses conséquences dans toute la France. La Fondation d’entreprise OCIRP a soutenu l’enquête sur les orphelins menée conjointement par la Favec et l’Unaf.

Voir les résultats de l’enquête : enquete_orphelins_favec_unaf.pdf - (635.88 ko)

Ined : Institut national d’études démographiques

Fondé en 1945, l’Ined est devenu en 1986 un établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST) placé sous la double tutelle du ministère chargé de la Recherche et du ministère chargé des Affaires sociales. L’Institut a pour missions d’étudier les populations de la France et des pays étrangers, de diffuser largement les connaissances produites et d’apporter son concours à la formation à la recherche et par la recherche. Par une approche ouverte de la démographie, il mobilise un large éventail de disciplines comme l’économie, l’histoire, la géographie, la sociologie, l’anthropologie, la biologie, l’épidémiologie. Fort de ses dix unités de recherche, il encourage les échanges et conduit de nombreux projets de recherche européens ou internationaux. La Fondation d’entreprise OCIRP développe un programme de recherche avec l’Ined : « Estimation du nombre d’orphelins en France ».

Pour en savoir plus : Magazine O’CŒUR N°10

Onpe : Observatoire national de la protection de l’enfance (ex Oned)

Créé en 2004, l’Onpe (ex-Oned) a pour objectif de « mieux connaître le champ de l'enfance en danger pour mieux prévenir et mieux traiter ». Il s’est vu confier par la loi de 2004 trois principales missions, qui ont été complétées par la loi n° 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance (CASF, art L. 226-6).

  • Améliorer la connaissance sur les questions de mise en danger et de protection des mineurs à travers le recensement et le développement des données chiffrées, d’une part, des études et recherches, d’autre part.
  • Recenser, analyser et diffuser les pratiques de prévention et d’intervention en protection de l’enfance.
  • Soutenir les acteurs de la protection de l’enfance.

L’Onpe a un rôle d’appui des politiques de protection de l’enfance et s’inscrit dans des collaborations régulières avec l’ensemble des acteurs du champ de la protection de l'enfance, en France et à l'étranger.

Pour en savoir plus :

Unaf : Union nationale des associations familiales

L’Unaf est une institution nationale chargée de promouvoir, défendre et représenter les intérêts de toutes les familles vivant sur le territoire français, quelles que soient leurs croyances ou leur appartenance politique. Union et non fédération d’associations, elle permet aux familles de s’exprimer, dans toute leur diversité, pour une politique familiale globale, innovante et forte. Elle anime le réseau des 22 Unions régionales des associations familiales (Uraf) et des 100 Unions départementales des associations familiales (Udaf), et les appuie dans leurs missions institutionnelles et de services aux familles. La Fondation d’entreprise OCIRP a soutenu l’enquête sur les orphelins menée conjointement par l’Unaf et la Favec.

Voir les résultats de l’enquête : enquete_orphelins_favec_unaf.pdf - (635.88 ko)

Invisibles, méconnus, oubliés... les enfants et jeunes orphelins, en France, demeurent dans l’ombre encore de nos jours. Un constat qui freine significativement l’émergence et le déploiement de dispositifs de soutien dont ils auraient pourtant grand besoin.

Les orphelins sont non seulement absents des études démographiques et des politiques publiques mais aussi des medias. La Fondation OCIRP développe d'importants efforts pour qu'émerge enfin cette question sociétale.

Vidéo réalisée à l'occasion des 10 ans de la Fondation OCIRP et diffusée au Théâtre de la Cité internationale le 24/09/19.

Depuis plusieurs années, déjà, le Paris Saint-Germain Les enfants d’abord et la Fondation OCIRP collaborent pour offrir à des enfants orphelins allocataires de l’OCIRP un accès aux sports et aux loisirs, essentiels à leur équilibre.

Le Centre Primo Levi et l’association des Éclaireuses et Éclaireurs Unionistes de France (EEUdF) utilisent les vertus du scoutisme pour soulager les souffrances de l’exil...

La réussite et l’entraide doivent être accessibles à tous. C’est suivant ce postulat qu’est née, en 2017, l’association Phénix fondée par deux étudiants de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Manon Fahy et Stéphane Lombaerde.