Agir pour les orphelins

Un clown pour aider au deuil

Le Pallium, Trappes (78), Île-de-France

Des ateliers créatifs mettent à profit le jeu et l’humour avec un clown thérapeute pour réduire les peurs, mettre des mots sur le deuil et améliorer la communication intrafamiliale lors du décès d’un proche.

Le projet prévoit la mise en place de séances d’art thérapie sur 4 après-midi, pendant 3 heures.

Public touché :

7 enfants (5-12 ans)

Pour en savoir plus : O’COEUR N°4

Retour à la liste des projets
  • Axe(s) : Agir pour l’enfant et sa famille
  • Projet soutenu en 2010
  • Région : Ile-de-France

Le choix de la Fondation

L'association comme le GCS (groupement de coopération sanitaire) réseau Le Pallium s'adresse à toutes personnes, professionnels de santé libéraux ou institutionnels du champ médico-psycho-social, bénévoles d'accompagnement ou usagers qui souhaitent réfléchir et s'impliquer dans les soins palliatifs.

Elle représente au sein du GSC le collège des libéraux (il existe quatre autres collèges : établissements hospitaliers, institutions médico-sociales, bénévoles d'accompagnement et usagers).

Elle est très active au sein des différents groupes de travail de ce réseau et dans ses comités de pilotage. De son côté, elle assure des formations toujours pluridisciplinaires pour tout public depuis 1997, une fois par mois, sous forme de petits déjeuners avec une présentation par un expert et un temps d'échanges.

  • Le Pallium

    Le Pallium, association Loi 1901, a pour but de promouvoir et développer les soins palliatifs, en organisant des espaces spécifiques à destination du grand public ou des professionnels de santé, et également commun aux deux.

    L’association se réfère aux principes d’action et à l’éthique de la Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs (SFAP), dont elle est adhérente, et qui disent : « Les soins palliatifs et l’accompagnement considèrent le malade comme un être vivant et la mort comme un processus naturel. Ceux qui les dispensent cherchent à éviter les investigations et les traitements déraisonnables. Ils se refusent à provoquer intentionnellement la mort. Ils s’efforcent de préserver la meilleure qualité de vie possible jusqu’au décès et proposent un soutien aux proches en deuil. Ils s’emploient par leur pratique clinique, leur enseignement et leurs travaux de recherche, à ce que ces principes puissent être appliqués. »