Agir pour les orphelins

Transcender l’exil

Paris (75), Île-de-France

L’Atelier des artistes en exil propose sur 1000 m2 de locaux prêtés par Emmaüs dans le 18e arrondissement de Paris, des ateliers à 150 photographes, peintres, musiciens, dessinateurs, metteurs en scène, écrivains, sculpteurs en exil venus de Syrie, du Soudan ou encore d’Afghanistan.

Au regard du nombre croissant de mineurs étrangers isolés sur le territoire français, dont beaucoup sont orphelins de père, de mère ou des deux, l’Atelier des artistes en exil souhaite les aider à se reconstruire, retrouver confiance en eux et s’affirmer à travers des pratiques artistiques et intergénérationnelles.

Le projet soutenu par la Fondation repose sur 3 « workshops » destinés à ces mineurs touchés directement par la situation de privation ou de disparition d'un ou de plusieurs membres de leur famille. Ils s’appuient principalement sur 3 disciplines artistiques : la danse hip-hop, ou comment transcender le traumatisme par la danse, le théâtre, pour rendre comique le tragique, retourner notre perception d'une situation par le rire, et enfin la performance multimédia en explorant collectivement les expressions et les représentations artistiques de la disparition.

Public touché :

Projet en cours…

Retour à la liste des projets
  • Axe(s) : Agir pour l’enfant et sa famille
  • Statut : En cours
  • Projet soutenu en 2018
  • Région : Ile-de-France

Le choix de la Fondation

L’Atelier des artistes en exil, structure unique en France, a pour mission d’identifier des artistes en exil de toutes origines, de toutes disciplines, de les accompagner au regard de leur situation et de leurs besoins administratifs et artistiques, de leur offrir des espaces de travail et de les mettre en relation avec des professionnels afin de leur donner les moyens d’éprouver leur pratique et de se restructurer.

Ce projet innovant rend possible une forme de reconnexion à la pratique artistique pour ces personnes déracinées et en perte de repères et les aide à développer une certaine forme de résilience. Il leur offre aussi l’occasion de partager leurs expériences, souvent traumatiques, sur les notions de séparation, de disparition, de deuil, avec des mineurs isolés eux aussi en exil et avec le grand public…

  • L’Atelier des artistes en exil

    L’Europe assiste sur son territoire au plus grand mouvement de population de ses soixante-dix dernières années. Parmi ces personnes se trouvent des artistes contraints de fuir leur pays. Parce que réfugié n’est pas un métier, que le rôle de l’art est celui de dire et de montrer ce qui dérange et de faire entendre la voix des opprimés, que c’est à travers la voix de ses artistes que les cultures des pays en péril peuvent continuer à se perpétuer, il est important que les artistes puissent continuer à exercer leur art.

    C’est pourquoi l’atelier des artistes en exil se propose d’identifier des artistes en exil de toutes origines, toutes disciplines confondues, de les accompagner en fonction de leur situation et de leurs besoins, de leur offrir des espaces de travail et de les mettre en relation avec des professionnels (réseau français et européen), afin de leur donner les moyens d’éprouver leur pratique et de se restructurer. L’atelier des artistes en exil développe également son propre festival pluridisciplinaire, Visions d’exil, en co-construction avec des lieux partenaires.