Agir pour les orphelins

Le retentissement du suicide d’une figure parentale

Thèse sur le retentissement du suicide d’une figure parentale

L’hypothèse posée par cette thèse est que le suicide d’une figure parentale à l’adolescence s’appréhende comme un évènement traumatique, l’acte de suicide ne permettant pas de transition entre la pleine vie et le corps mort.

Or, iI n’existe pas en France à ce jour, d’études cliniques sur la question du retentissement du suicide d’un parent, à cette étape particulière du développement que représente l’adolescence. Ses objectifs sont par conséquent de recueillir des données cliniques et de construire des cas permettant d’analyser et d’évaluer l’impact de ce traumatisme, puis de proposer des cadres de prise en charge (soutien psychologique) et de définir des actions d’interventions précoces, visant à prévenir le risque suicidaire chez ces jeunes.

La recherche sera réalisée auprès d’adolescents endeuillés après le suicide d’un parent et suivis dans un CMPP et/ou une unité d’hospitalisation.

Retour à la liste des projets
  • Axe(s) : Agir pour la recherche
  • Projet soutenu en 2013
  • Région : Nouvelle-Aquitaine

Le choix de la Fondation

Le sujet traité apparaît nécessaire quant à la problématique du deuil traumatique et aux possibilités de prises en charge ou d’interventions précoces. En outre, Nathalie Pernet présente de belles références tant dans sa formation que dans son parcours professionnel ce qui apporte la preuve de la grande cohérence de ses centres d’intérêt.

  • Université de Poitiers - Laboratoire de Recherche en Psychopathologie, nouveaux symptômes et lien social

    L’Unité « Recherches en psychopathologie : nouveaux symptômes et lien social » fédère les équipes de chercheurs en Psychopathologie des Universités d’Angers (UCO), Brest (UBO), Poitiers (UP), Rennes (UR2). Elle a été habilitée comme Équipe d’Accueil (EA 4050) par le plan quadriennal 2006-2011 et renouvelée pour le contrat 2012-2016 et le contrat 2016-2021.

    L’ensemble des Enseignants-chercheurs, membres associés, doctorants de l’Unité répartis dans ses quatre Sites universitaires distincts. Poitiers et Rennes 2 en avaient constitué le socle fondateur, lorsqu’en 2004 leurs deux Unités pluridisciplinaires ont opté pour une fusion et la création d’une Unité nouvelle. Des liens de travail entre les membres de l’Unité et les enseignants-chercheurs d’Angers et de Brest ont ensuite conduit à réaliser son extension qui fut institutionnellement actée en 2011.

    Si dans l’Unité, la référence psychanalytique fédère nombre de chercheurs, elle se complète aussi d’autres modèles théoriques et cliniques ainsi que d’autres méthodologies choisies en fonction des recherches engagées.

    La Composante Recherche en Psychopathologie Clinique - Clinique de l’Acte et Psychosexualité (CRPC-CAPS) est la composante poitevine de l’EA 4050.