Agir pour les orphelins

Le jeune enfant face au cancer

Comment le jeune enfant se confronte-t-il au cancer et à la mort de son parent ?

Le cancer représente la première cause de mortalité en France. A la suite de ces décès, de nombreux enfants deviennent orphelins d’un parent.

La recherche envisagée s’intéresse à l’expérience de l’orphelinage des enfants entre 2 et 5 ans après un décès lié au cancer d’un des deux parents. Comment le jeune enfant se confronte-t-il au cancer et à la mort de son parent ?

Ce projet de recherche original prend le parti d’explorer cette problématique du point de vue des enfants avec une double perspective : ceux qui ont vécu le cancer et la mort de leur parent depuis moins d’un an, et des orphelins devenus de jeunes adultes ayant connu une situation similaire dans leur enfance.

Ce projet de recherche postule que le maintien du lien et de la communication entre l’enfant et le parent malade est primordial. Il s’agit du meilleur moyen de se préparer au deuil et de prévenir les troubles induits par la disparition d’un parent.

L’objectif de cette recherche est de mieux comprendre chez l’enfant qui devient orphelin les processus, tant au niveau individuel que familial, qui peuvent être à l’origine d’un deuil pathologique ou au contraire d’un processus de résilience. Les résultats devraient montrer l’efficacité d’un dispositif spécifique d’accompagnement pour les familles avec de très jeunes enfants.

L’Équipe :

- Marthe Ducos, doctorante en psychologie, Laboratoire de Psychopathologie et Neuropsychologie (LPN), Université Paris 8

- Arnaud Pagnol, directeur de thèse, Professeur de psychopathologie, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Laboratoire de Psychopathologie et Neuropsychologie (LPN), coordinateur de l’axe « Pathologies persistantes, handicap et rétablissement »

- Nathalie Duriez, codirectrice de thèse, maître de conférences en en psychologie, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Laboratoire de Psychopathologie et Neuropsychologie (LPN)

Retour à la liste des projets
  • Axe(s) : Agir pour la recherche
  • Projet soutenu en 2016
  • Région : Ile-de-France

Le choix de la Fondation

Il s’agit de l’un des rares projets de thèse de doctorat consacrés à ces questions de la maladie grave et de la mort d’un parent et des conséquences chez l’enfant. Une méthodologie centrée sur l’enfant et basée sur l’analyse comparative de deux groupes d’étude distincts.

  • Université Paris 8

    Depuis quelques années, les universités se distinguent les unes des autres par leurs orientations de recherche et l’importance des crédits qui leur sont allouées, orientations et crédits élaborés et attribués par la Commission de la recherche (ex CS) ; la spécificité de ces orientations est d’autant plus importante que les formations s’appuient sur les équipes de recherche qui les portent.

    Paris 8 entretient sa tradition de recherches novatrices et interdisciplinaires et transversales aux équipes de recherche, elle a ainsi promu des Pôles de recherche qui fédèrent et structurent les recherches interdisciplinaires autour de thématiques spécifiques telles que la méditerranée, la ville contemporaine, la mondialisation.