Agir pour les orphelins

Facteurs de risque de deuil compliqué

Facteurs de risque de deuil compliqué chez les enfants endeuillés d’un parent : une étude longitudinale et prospective (CAPS)

Le Deuil Compliqué (DC) est un syndrome spécifique à la perte d’un proche (notamment d’un parent) persistant plus de 6 mois après et caractérisé par des souvenirs intrusifs, des préoccupations et ruminations en lien avec la perte, un désir et une envie de voir le défunt.

Unique en son genre, ce projet de recherche est axé sur les enfants ayant subi le décès d’un parent et se déroulera à l’échelle régionale sur une durée de 3 ans. Il a pour objectif d’examiner : la trajectoire des symptômes de deuil entre 3 et 12 mois après la mort d’un parent chez des enfants âgés de 6 à 17 ans ; les facteurs de risques psychologiques et cognitifs du DC chez ces enfants ; l’effet modulateur des symptômes de deuil du parent survivant sur les facteurs de risque chez l’enfant.

À l'issue du projet, des instruments d’identification précoce des enfants à risque de développer un DC seront utilisables pour favoriser leur prise en charge précoce par des soins ciblés spécifiques.

L’Équipe :

- Responsable scientifique : Docteur Thanh-Huy Eric Bui, médecin psychiatre, Membre responsable de l’axe prédiction du trouble de stress posttraumatique - CHU de Toulouse

- Le Professeur Jean-Philippe Raynaud, médecin psychiatre, Chef du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent au CHU de Toulouse

- Assistés par le Docteur Agnès SUC, pédiatre, et le Docteur Charmaine Thomas, docteur en psychologie

Retour à la liste des projets
  • Axe(s) : Agir pour la recherche
  • Projet soutenu en 2014
  • Région : Occitanie
  • Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse

    Le centre hospitalier universitaire, à vocation régionale établie par décret, assure des missions prioritaires de soins et d’éducation des malades. Il offre à ce titre des prestations médicales et chirurgicales courantes et hautement spécialisées, accueille les malades en urgence 24h/24h, et développe des alternatives à l’hospitalisation traditionnelle avec notamment des activités ambulatoires, la télémédecine, les activités en réseau, en partenariat avec les hôpitaux de la région, les cliniques et la médecine de ville. Il garantit aux plus démunis un accès à des structures d’accueil telles que le Point Santé, la PASS, les consultations de migrants.

    Le CHU participe à des actions de santé publique, de prévention et d’éducation sanitaire des patients accueillis, et aux campagnes collectives d’information du grand public par des actions coordonnées avec le réseau associatif (sida, toxicomanie, lutte contre le tabagisme, risques cardio-vasculaires, médecine sociale et humanitaire...).

    Partenaire des facultés de médecine, d’odontologie et de pharmacie, dans le cadre de conventions qui les lient avec l’université Paul-Sabatier, le CHU concourt à l’enseignement universitaire et post universitaire, à la formation des praticiens hospitaliers et non hospitaliers. Grâce au pôle régional d’enseignement et de formation aux métiers de la santé (PREFMS), il assure également la mission d’enseignement initial vis-à-vis des professionnels de santé.

    Le CHU, dans le domaine de la recherche clinique, contribue activement au progrès des sciences médicales et pharmaceutiques, en coopération avec les facultés et les UFR, l’EPST, l’INSERM et le CNRS.