Agir pour les orphelins

Académie des Passions

Val d’Oise, Ile-de-France

L'Académie des passions a pour vocation d'accompagner des jeunes du Val d'Oise, âgés de 18 à 25 ans, décrochés du système scolaire, sans diplôme ni qualification et sur le chemin de l'emploi. Ce projet pédagogique repose sur la nécessité de reconstruire le jeune dans son estime de soi et sa confiance en soi, avant de l'orienter soit vers un retour à l'école, soit sur une voie professionnelle.

Dans le cadre de la création d'une « Académie des passions », une centaine de jeunes seront accompagnés à travers des coachings, des séances et des ateliers basés sur la pratique du sport, l'accès à la culture et l'utilisation des nouvelles technologies, afin de leur permettre de développer de nouvelles motivations et l’envie d’entreprendre nécessaires à tout projet de vie, et de choisir leur voie (scolaire ou professionnelle).

Public touché :

Projet en cours…

Retour à la liste des projets
  • Axe(s) : Agir pour l’enfant et sa famille
  • Statut : En cours
  • Projet soutenu en 2018
  • Région : Ile-de-France

Le choix de la Fondation

Ce projet innovant répond à un réel besoin sur le terrain de jeunes fragilisés par la vie et en situation de décrochage scolaire.

Il est notamment porté par Muriel Hermine, athlète de haut niveau animée de valeurs très fortes de transmission du goût du travail, du sens de l'effort et de la persévérance, de la gestion du stress et de la capacité à rebondir.

  • J’ai un rêve

    Nous sommes plusieurs artistes à croire que le spectacle vivant peut être un formidable outil pour remettre sur rail des jeunes à la dérive, leur donner confiance, leur offrir de nouveaux repaires et les aider, dans le respect de leurs différences ethniques, religieuses et culturelles, à construire une société plus ouverte et tolérante.

    Aujourd’hui, si nous obtenons des résultats scolaires, comportementaux et familiaux exceptionnels, nous le devons au travail de tous, à la confiance que nous accordent les chefs d’établissements situés en « zones urbaines sensibles ou zones d’éducation prioritaire », au soutien des élus qui encouragent notre démarche, aux parents et aux enfants eux-mêmes, qui nous offrent leur fragilité et leurs espoirs.

    Demain, nous souhaitons que d’autres collèges et d’autres collectivités s’engagent à nos côtés. Que d’autres municipalités nous donnent à leur tour les moyens d’offrir aux enfants, une chance de se construire naturellement et des occasions de s’exprimer par le Spectacle et le Sport.