Fondation OCIRP : O'cœur 17

En 2017, la Fondation d’entreprise OCIRP a poursuivi ses missions pour améliorer la visibilité sociale et la condition des orphelins dans notre pays.

Editorial de la présidence de la Fondation OCIRP, Philippe Pihet et Jean-Louis Peyrude.
 
 
"Par l’intermédiaire de son appel à projets annuel, la Fondation OCIRP a apporté son soutien à des structures œuvrant directement ou indirectement pour cette population fragilisée qui fait face aux risques et inégalités sociales induits par l’orphelinage. Actions en faveur des orphelins et de leur famille, sensibilisation, formation de professionnels de l’enfance et de l’adolescence, ou encore la recherche en sciences humaines et sociales... 23 projets au total ont été sélectionnés, cette année, et nous sommes heureux de vous les présenter.
 
Chacun d’eux, pour son utilité et son exemplarité, a ainsi pu bénéficier du soutien nécessaire à son lancement, son déploiement, sa promotion sur le terrain, ou encore sa pérennisation. Car il est aussi de nos missions de suivre les projets que nous soutenons, d’accompagner leur émergence ou leur évolution, dans un esprit partenarial.

Si les actions de terrain sont capitales, il nous paraît tout aussi primordial d’enrichir constamment notre connaissance des orphelins. Notre pôle Études et Recherche s’y consacre d’ailleurs pleinement. Sylvain Kerbourc’h, sociologue, chercheur associé au CADIS-EHESS et responsable scientifique de ce pôle, est à ce titre intervenu lors du colloque international « Bien-être dans l’éducation » organisé par Labschools et l’EHESS de Paris les 2, 3 et 4 octobre. Il y a notamment présenté les résultats de l’enquête « École et orphelins » au cours d’une session sur le thème de l’école inclusive. Il a par ailleurs participé au symposium « Enfants orphelins : entre risques de crise et culture du non-dit » lors des Entretiens de la psychologie à l’université Lille 3 le 21 octobre. En soutenant trois nouvelles recherches dédiées aux orphelins — l’une s’intéresse aux relations entre orphelinage et choix d’orientation scolaire et les deux autres découlent du champ de la protection sociale et de l’enfance —, nous renforçons cette dynamique d’exploration et la quête de connaissances qui est la nôtre dans un domaine encore très peu développé sur ces questions.
 
Enfin, nous tenions à mettre en lumière ce très beau numéro spécial « orphelinage » du journal Mon Quotidien, destiné aux 10-14 ans, coréalisé par son éditeur Play Bac Presse et l’équipe de la Fondation, avec la précieuse collaboration de Guy Cordier, pédopsychiatre et spécialiste des questions du deuil chez l’enfant et l’adolescent. Un support didactique et pédagogique en libre téléchargement."
 

Infographie

Infographie L'orphelinage

L'infographie "L'orphelinage" présente les informations suivantes :

Un enfant est orphelin lorsqu'il a perdu :

  • Sa mère
  • Son père
  • Ses deux parents

Combien sont-ils en France ?

800 000 de moins de 25 ans, soit un enfant par classe en moyenne

73.5 % ont perdu leur père

21.5% ont perdu leur mère

5% leurs deux parents

Impacts pour les orphelins

Santé

Relations familiales

Vie scolaire

Relations sentimentales

Publié le 05 décembre 2017
Noter cet article
3.5/5 (80 votes)