Retour à la liste des lauréats
Association Paroles Voyageuses (Paris)
Découvrir leur site
Coup de coeur du jury
Année : 2016
Thématique : Parcours scolaire et enseignement
Type d'acteur économique : Associations

Accompagnement des étudiants sourds dans la poursuite de leurs études.

Cet organisme de formation linguistique propose un programme scolaire destiné aux étudiants sourds. Menée en Langue des Signes Française, l’action s’organise autour de 3 volets : un accompagnement individuel pour la rédaction d’un mémoire ainsi qu’une formation de remédiation en français écrit afin que les étudiants puissent progresser. La structure offre aussi des préparations spécifiques à des concours ou l’entrée en formation qualifiante.

Lauréat Prix OCIRP Handicap 2016 : Association Paroles Voyageuses (Paris)

Premier plan sur les logos de l'OCIRP, agefihp, arpejeh, conférences des grandes écoles, fédéeh et tremplin

Plan sur le visage d’une étudiante sourde, voix off de Leïla Marçot

« Cette action, Écrire et réussir, elle est partie »

Plan sur Leïla Marçot, responsable du pôle sourds de l’association

« d'une demande concrète de certains étudiants sourds qui cherchaient des corrections »

Plan sur une salle de formation avec des étudiants et une interprète en LSF, voix off de Leïla Marçot

« pour leurs écrits universitaires. Et m'est venue l'idée de monter un dispositif d'accompagnement la rédaction pour les étudiants sourds et de formation en groupe pour qu'ils puissent progresser. »

Plan sur Marie Thérèse L’Huillier, ingénieure au CNRS, qui signe

« L'expression écrite en français représente souvent un obstacle pour les étudiants sourds.»

« Et il n'y a pas de moyen mis en place pour corriger leurs écrits. »

Plan sur la salle formation avec des étudiants et une formatrice

Plan sur Leïla Marçot à son bureau puis enseignant en langue des signes et sur un étudiant prenant des notes. 

« Donc, il y a 3 types d'accompagnements au sein du dispositif »

Plan sur Leïla Marçot signant devant les élèves, voix off de Leïla Marçot

« l'accompagnement individuel avec de la correction de mémoire, l'accompagnement groupe et l'accompagnement renforcé. »

Plan sur Geoffroy Besnard, étudiant debout,  s’exprimant en langue des signes. 

« Moi, je suis sur le dispositif formation/accompagnement renforcé qui est adapté à mon niveau. En quoi ça consiste : d'abord je me filme, puis j'envoie la vidéo à mon accompagnateur/correcteur qui va la regarder. Ensuite, j'essaye d'écrire.» 

Plan sur Adrien Dadone, formateur spécialisé, signant

« On regarde ensemble la structure du texte. On fait des correspondances entre la langue des signes et le français écrit. Le contenu, ça ne me regarde pas. Moi, je travaille uniquement sur le français, sur la forme. »

Plan sur deux étudiants devant leurs ordinateurs portables. Voix off de Leïla Marçot

« On ne prend pas la place des enseignants ou des tuteurs. L'idée, c'est de proposer quelque chose qui permette à l'étudiant sourd de se sentir plus à l'aise ».

Plan sur Adrien Dadone, formateur spécialisé, signant

« L'objectif c'est qu'à l'avenir, il devienne autonome dans ses écrits. »

Plan sur Marie-Thérèse L’Huillier s’exprimant en langue des signes 

« C'est vrai, la majorité des sourds ont des difficultés à assimiler le français écrit. Ce n'est pas parce qu'on est limité cognitivement mais parce que le français, pour nous, est une deuxième langue. »

Plan sur la salle de formation avec des étudiants. Voix off de Leïla Marçot.

« Quand on est une personne sourde, on peut avoir un excellent niveau de langue des signes, accéder au concept, à l'abstraction et puis, à côté, ne pas bien maîtriser la français écrit puisque ce sont deux langues complètement différentes. »

Plan sur Audrey Taguet, étudiante aux Beaux-Arts sourde qui s’exprime en langue des signes 

« Petit à petit, ça avance, il faut être patient. Mais, en tout cas, ça me donne confiance en moi et je me sens moins angoissée. »

Plan sur un formateur et un étudiant sourd communiquant en langue des signes, voix off de Leïla Marçot.

« C'est un objectif très concret. »

Plan sur Leïla Marçot dans son bureau

« Donc, il y a obligatoirement une progression qui se met en place s'ils travaillent régulièrement puisqu'ils rédigent leur mémoire et d'ailleurs, il y a des tuteurs qui nous ont dit :" je vois la différence.»

Plan sur Geoffroy Besnard, étudiant qui signe

« C'est une méthode novatrice. »

Plan sur Marie-Thérèse L’Huillier qui signe

« Ça, c'est vraiment une chance formidable parce que ça donne la possibilité aux sourds d'y arriver comme moi par exemple. »

Dernier plan sur les logos des partenaires

Fin de la vidéo

Retrouver tous les lauréats

Afficher uniquement :